Ghost In The Shell : Arise

Ghost in the shell : AriseAnnoncé début 2013, le projet Ghost In The Shell : Arise ambitionne de relancer la franchise tirée de l’univers de Masamune Shirow. Le manga, s’est fait connaître en Europe avec le film d’animation éponyme sorti en 1995. Une suite (Ghost In The Shell : Innocence – 2004) et une série anime/film (Stand Alone Complex – à partir de 2002) ont prolongé le succès initial du film et permis d’étendre l’univers.

Pour le plaisir des yeux, GITS a récemment fait l’objet d’un travail expérimental avec l’adaptation en photo du générique de l’animation de 1995 : le projet 2501 à voir ici.

Ghost In The Shell : Arise se positionne en pré-quel de l’histoire originale et est décliné sur deux supports, un manga et une courte série animées de quatre épisodes de 50 minutes chacun. Ce sont les deux premiers opus de cette série que je me propose de chroniquer dans ce billet.

Intitulés Ghot In The Shell : Arise – Border (1 et 2), ces courts ne disposent évidemment pas des mêmes moyens en terme d’animation que les films de 1995 et 2004. Disons-le tout de suite, cela peut choquer et certains choix esthétiques peuvent paraître, sinon dissonants, peut-être trop classiques vis-à-vis du sujet d’origine. Pour autant, le résultat est de bonne facture, pour ne pas dire de qualité. Passer un temps d’adaptation, on peut se plonger sans peine dans ce monde en construction.

Construction, c’est bien le mot. En français, « Arise » peut se traduire de plusieurs manières : apparaître, survenir, s’élever, surgir. Et le titre prend tous ces sens. Construction également, ou plutôt reconstruction, car on nous présente un futur où le monde sort à peine d’une guerre généralisée. L’histoire ce concentre principalement sur Kusanagi, en nous éclairant sur ses origines au sein de l’armée et sur la création de la section 9.
Une héroïne qui se construit un avenir, une section qui se construit tout court, voilà pour la trame générale.
Pour le reste, la série reste fidèle au concept initial en nous proposant à chaque épisode une intrigue policière baignée de nouvelles technologies et de virtualité. Les intrigues sont moins complexes que dans les films (format oblige) et manque d’originalité à mon sens. Néanmoins elles sont sérieusement construites et remplissent leur objectif principal, créer un support pour la mise en place de l’univers de GITS tel qu’il est déjà connu.
Il s’agit notamment d’intégrer au fur et à mesure les différents protagonistes qui composent l’équipe du Major Kusanagi au sein de la section 9 : Batou, Aramaki, Togusa, Ishikawa… Et de construire (encore !) les différentes relations qui existent entre eux.

Sans révolutionner le genre, ni réellement apporter quelque chose de nouveau à GITS, cette mini série permet de se replonger dans l’univers de Masamune Shirow avec un plaisir certain.