Les résultats du concours et les explications

Tout d’abord, merci à tous les participants. Lorsque j’ai décidé de lancer ce concours, en choisissant une question un peu décalée, je n’étais pas certain qu’il y aurait assez de personnes pour relever le défi. Et bien, je me suis trompé et c’est tant mieux !

Pour rappel et ceux de passage, vous trouverez le sujet du concours ici.

Donc, place aux résultats.

Il y a eu de nombreuse combinaisons proposées, certaines argumentées et bien pensées, mais personne n’a réussi à trouver la solution. J’ai donc retenu comme gagnants ceux qui, parmi vous, sont passés à un cheveux de la réponse en réunissant trois des cinq bonnes combinaisons : Ambroise Alifère, Chikoun et Haalysse. Bravos à vous !

Que les autres se rassurent, ils recevront bientôt une petite surprise dans leurs boites mails.

Maintenant, voici la solution avec les explications. J’ai également agrémenté le tout de petits extraits pour l’illustrer.

Le Feu : savoir et inspiration
Il y avait un jeu avec la flamme/lumière de la connaissance et la flamme de l’inspiration. Dans la Chimeterre, un des pouvoirs liés au Feu est la possibilité d’emmagasiner des connaissances dans des braises, comme dans des livres. Ainsi, il existe de véritable « bibliothèques de Braises ». L’inspiration, c’est la faculté d’embraser les cœurs et de rallumer la flamme du courage, un classique !

– J’aurais tant voulu voir Nessa…
– Ce… C’est encore possible.
Il ramassa un morceau de bois et l’enferma entre ses mains. Après un moment, le bois prit l’apparence d’une braise ténue qu’il porta à ses lèvres. Il souffla légèrement dessus en invoquant la cité du Feu au plus profond de son cœur. La braise se mit à palpiter. Il expira une dernière fois, puis la tendit à Apone.
– Tiens, ferme les yeux.
La jeune femme obtempéra et porta à son tour la braise à ses lèvres. Elle sourit en inspirant profondément.

L’Eau : vision et empathie
Beaucoup de participants ont su trouver cette réponse. La vision renvoie à la portée du regard et la ligne d’horizon sur les mers et les océans (vision à distance). L’empathie, joue sur le fait que l’eau est un conducteur naturel, c’est aussi un rappel à sa douceur relative.
Ces deux propriétés sont utilisées, entre autre, par les « Mersargeries », un réseau de tour permettant d »envoyer des « mersages » d’un bout à l’autre de la Chimeterre.

La Tour-ondine du Temple-Eau accueillait principalement une Mersagerie. Ce type de service, le plus connu du Temple-Eau auprès de la population, à l’instar des Maisons de Cure du Temple-Nature, jouait un rôle crucial dans la circulation des informations. En effet, entre autres pouvoirs, le Don de l’Eau offrait la possibilité de transmettre ou recevoir des messages sur de longues distances. L’ordre des mersagers s’adonnait spécifiquement à cette pratique et les Tours-ondine formaient un maillage à travers l’ensemble du monde templier. Les messages ainsi échangés ne prenaient pas l’apparence d’une lettre ou d’un courrier, ils restaient dans un état liquide et nécessitaient une interprétation pour en comprendre le sens. Cet art complexe demandait un apprentissage long de plusieurs années.

La Pierre et le Métal : souvenir et sérénité
Certains l’avaient trouvé, ne dit-on pas gravé dans la pierre ? La sérénité renvoie plus à la notion de duré, de durabilité et de stabilité (solide comme un roc, immobile comme une statue…).
Si le Feu permet d’emmagasiner du savoir dans des Braises, la Pierre autorise la possibilité de stocker des souvenirs dans la roche. Le stade ultime de cette magie est le « souvmenhir », où la mémoire d’une vie se retrouve entièrement figée dans la pierre.

L’extrait suivant n’illustre pas cette facette de la magie de l’élément, mais un plus… matériel. De plus, il s’agit d’un texte encore inédit, puis qu’il est tiré de L’Ombre de Sonnecume, le Tome 2 de la Chimeterre.

L’homme recula. Le poing serré de Broyeuse se projeta avec toute la force de sa haine et de sa colère contre un pilier qui soutenait une voûte. Le soldat crut que les os des phalanges allaient se briser sous l’impact, tant celui-ci semblait violent. Mais au lieu de cela, ce fut la colonne qui se fissura tandis que des éclats de pierres volèrent autour. Il remarqua alors l’étrange aspect gris cendreux qui s’était emparé du bras de Broyeuse.
Elle le toisa d’un air implacable.
– On ne m’a pas nommée Broyeuse pour ma grande gueule, ni mon air affable. On ma nommée Broyeuse car je ne me contente pas de tuer mes ennemis. Je les brise, eux, leurs os et leur volonté.

La Nature : guérison et rage
La mère nature est à l’origine à la fois de tous les bienfaits et de tous les maux, car quand la nature est colère…. Dans le monde de la Chimeterre, la Nature et l’élémentaire magique de la guérison (même si, comme certains l’ont exprimés, d’autres éléments peuvent aussi être la source de soin, notamment le Feu). Le terme rage renvoie aussi à quelque chose de plus viscéral que la simple colère, en l’occurrence la « rage berserk », associé dans le monde chiméen à la magie de la Nature.

Il chargea dans la mêlée avec une violence, une rage qu’il ne se connaissait pas mais qu’il savait nourrie par le désespoir. Il martela les crânes et les bras, riant sans savoir pourquoi, les yeux révulsés et le visage couvert de sang, devenu plus monstrueux que les Gueules et leurs artifices.

La Lune : vision et effroi
Une deuxième fois « vision », sauf que là il s’agit de vision dans le futur, de destiné. C’était un petit piège, mais je pensais que « effroi » mettrait plus de monde sur la bonne piste. Dans « effroi », il y a « froid », le côté glaçant de la peur. La nuit et donc par extension l’astre lunaire, sont souvent associés à la peur, au crime, à la mort.
Dans la Chimeterre, la Lune est l’élément de la mort, de l’absence, de la disparition, du froid, l’élément du destin.

Aegorn frémit. Sa femme possédait le Don de la Lune, la plus mystérieuse des cinq magies élémentaires. La plus sombre aussi, celle qui permettait de manipuler la mort et offrait une fenêtre avec vue sur la destinée des hommes. Mais Alena n’avait pas reçu la formation des Temples, elle ne savait pas utiliser son Don. Parfois des visions et des pressentiments se gravaient dans son esprit, sans qu’elle puisse les contrôler. Ils jaillissaient dans sa tête, généralement dans ses rêves et ses cauchemars et elle devait composer avec. Le plus souvent, ils se révélaient justes, qu’ils soient bons ou mauvais. Le seigneur de Gardenor n’aimait pas cette faculté de son épouse, elle l’effrayait parfois. Mais grâce à elle, Alena se montrait une conseillère avisée, peut-être la meilleure.

 

Encore une fois merci à vous pour vos participations !

2 thoughts on “Les résultats du concours et les explications”

  1. Bon, comme on est trois membres de Ter Aelis à l’avoir emporté, on va en faire au moins un article pour le blog ou notre webzine.

    J’ai failli culpabiliser que Ter Aelis remporte trois exemplaires. J’ai envisagé de laisser le mien pour que tu le donnes à un autre participant. Mais je dois avouer que maintenant, j’ai vraiment envie de le lire ! En tout cas, un concourt très sympa comme on l’a dit à deux ou trois reprises.

    Et puis, voilà : un auteur / graphiste, sur Ter Aelis, ça peut que nous plaire, parce qu’on est une communauté qui encourage ces deux aspects artistiques. Bref, je suis content !

    • Tibeon dit :

      Inutile de culpabiliser, les chances étaient égales et l’important pour moi, c’est de faire connaître mon livre et de trouver mes lecteurs :-).

Comments are closed.