Loading

Les emojis, nouvelle forme de langage pour les écrits de demain ?

Je débute une collaboration, un peu dillettante ;-), avec un blog d’information à la fois technologique et culturelle. CI-dessous le début de mon premier article pour le Teknovore.

Il y a quelques temps, je suis tombé sur un article concernant les emojis. Pour être honnête, je ne faisais alors guère de différence entre eux et les émoticones. Mais l’article a attiré mon attention et j’ai donc décidé de creuser un peu plus ce phénomène.

Commençons déjà par situer plus précisément les emojis. Ceux-ci sont nés au japon à la fin des années 1990. Un raccourci facile serait de dire qu’ils sont l’équivalent des émoticônes à l’occidentale, mais, en vérité, c’est plus subtil. Dixit wikipédia (oui je sais, facile le gars) le terme « emoji » est constitué des mots « image » (e) et « lettre » (moji), littéralement donc « lettre image » ou encore « pictogramme », une notion beaucoup plus vaste que « icône émotive ».

Lire la suite sur teknovore.com

Predestination – Michael et Peter Spierig, Ethan Hawke, Sarah Snook

PredestinationLes frères Spierig, déjà réalisateurs du tout à fait correct « Daybreaker« , également avec Ethan Hawke dans le rôle principal, produisent avec Predestination un bon petit film de science-ficion, intelligent mais sans prétention, avec pour thème principal le voyage temporel et les notions de paradoxe et de boucle temporelle. (suite…)

Interstellar, de Christopher Nolan

Affiche du film interstellarInterstellar, le dernier film de Christopher Nolan occupe (totalement?) l’actualité cinématographique du moment. Encensé par la critique (à quelques exceptions près), le film vaut effectivement le coup d’être vu. Est-il vraiment cet ovni, cette oeuvre grandiose qui va tout chambouler ? Là, personnellement je ne crois pas.

A bien y regarder, le pitch de base est plutôt simple : la Terre ne peut plus nourrir les hommes, la faute à une exploitation outrancière de ses ressources. Pour survivre, l’humanité doit donc quitter son berceau. Comme le système solaire ne compte aucune autre planète bleue, les hommes vont devoir se lancer dans une périlleuse mission d’exploration de la galaxie pour découvrir un autre monde viable. Outre l’exploration, les hommes doivent également résoudre la problématique suivante, comment faire voyager l’humanité toute entière jusqu’à sa nouvelle terre promise. (suite…)

Chute libre (Opération Cay) – Lois McMaster Bujold

La Chute libre (Opération Cay)Aujourd’hui j’achève (enfin) les chroniques de l’intégrale 1 de la saga Vorkosigan (édition Nouveaux Millénaires). Et pour bien faire les choses, je termine avec le premier roman des trois récits que compte ce recueil, après L’honneur de Cordélia et Barrayar.

Paru initialement en 1997 en France sous le titre « Opération Cay » (1988 aux états-unis), Chute libre est intégré à la saga Vorkosigan du fait que l’intrigue est sensée se dérouler dans le même univers, 200 ans plus tôt. Soyons franc, cette association est plus circonstancielle que justifiée par des impératifs narratifs. Ayant déjà lu une bonne partie de la saga, je n’ai encore vu aucun lien direct entre ce récit et les aventures de Miles (le héro de la saga), seulement des clins d’œil. Loïs McMaster Bujold aurait très bien pu écrire ce récit dans un autre univers science-fictionnel. La similarité des cadres lui permettait cependant d’éviter une création totalement nouvelle. Cela dit, ceci ne réduit en rien la qualité du roman. (suite…)

Ghost In The Shell : Arise

Ghost in the shell : AriseAnnoncé début 2013, le projet Ghost In The Shell : Arise ambitionne de relancer la franchise tirée de l’univers de Masamune Shirow. Le manga, s’est fait connaître en Europe avec le film d’animation éponyme sorti en 1995. Une suite (Ghost In The Shell : Innocence – 2004) et une série anime/film (Stand Alone Complex – à partir de 2002) ont prolongé le succès initial du film et permis d’étendre l’univers. (suite…)

Le Goût de l’Immortalité – Catherine Dufour

Couverture de l'édition 2005 - MnémosParu en 2005, le Goût de l’Immortalité de Catherine Dufour a reçu de nombreuses récompenses (Bob Morane, Rosny Aîné, Grand prix de l’Imaginaire…) . Cette oeuvre de science-fiction sombre et glauque fait partie des livres que je relis régulièrement (tous les 3 ou 4 ans environs).

Le Goût de l’Immortalité n’est pas une histoire, mais la collision orchestrée de plusieurs histoires. Empruntant sa forme principale aux « Mémoires d’Adrien » de Marguerite Yourcenar, le roman se veut un hommage à de nombreuse œuvres littéraires. (suite…)